L'hon. Andrea Anderson-Mason, c.r.


député, Fundy—Les-Îles—Saint John-Ouest
ministre de la Justice 
procureur général 
ministre responsable de la Société de développement régional

 

Andrea Anderson-Mason est née et a grandi dans le comté de Charlotte. Son défunt père était un « Anderson d’Andersonville » et sa mère est originaire de Miramichi. Élevée dans les régions rurales du Nouveau-Brunswick, elle a acquis une appréciation saine du milieu naturel.

 

Elle est la plus jeune d’une famille de six et plus. Elle décrit sa famille comme une famille de six et plus parce qu’il y a toujours eu de la place pour d’autres. Ses parents ne faisaient pas que croire au proverbe « aime ton prochain comme toi-même »; ils l’incarnaient. Que vous ayez eu besoin d’un abri, de souder une pièce d’automobile ou d’une parole d’encouragement, leur porte était toujours ouverte, et la théière et le gâteau au chocolat n’étaient jamais très loin. Ses parents étaient le reflet même du devoir de diligence envers les autres, devoir qui est aujourd’hui le fondement de la vie d’Andrea.

 

Andrea affirme que, lorsqu’elle était enfant, elle s’intéressait davantage aux matières scolaires qu’aux sports, mais il ne faut pas sous-estimer son esprit de compétition. Lectrice passionnée depuis son enfance, elle était attirée par les histoires des personnes défavorisées. Elle indique que des auteurs comme Elie Wiesel l’ont influencée pendant ses années de formation.

 

« Il peut y avoir des périodes où nous sommes impuissants à empêcher l’injustice, mais il ne doit y avoir aucun moment où nous refusons de protester contre l’injustice. »

Elie Wiesel

 

Il n’est pas étonnant que, lorsque son père l’a exhortée à trouver une carrière qui lui permettrait de « subvenir à ses besoins », elle ait choisi la pratique du droit, grâce à laquelle elle pouvait également aider les autres. Elle a obtenu son diplôme de premier cycle et son diplôme en droit à l’Université du Nouveau-Brunswick.

 

Elle affirme ne pas avoir peur de relever un défi, comme son père, qui faisait partie de l’équipe de démolition sous-marine/des forces navales, mais aussi avoir un cœur compatissant, comme sa mère, infirmière. Dernière de ses frères et sœurs à vivre encore dans la province, elle savait qu’elle devait rester et investir dans la province qu’elle adorait.

 

Lorsqu’Andrea a annoncé qu’elle se portait candidate pour le parti conservateur, elle a entendu beaucoup de ses camarades de classe de la St. Stephen High School déclarer avoir vu cela venir (leader naturel, elle a été nommée la « personne la plus susceptible de réussir » dans l’album des finissants de son école secondaire).

 

Interrogée à propos des personnes qu’elle admire, Andrea mentionne son père et son grand-père, Margaret Thatcher, ainsi que Greg Thompson, qu’elle est fière de maintenant compter parmi ses collègues.

 

Lorsqu’on lui demande s’il y a un aspect de sa vie occupée qu’elle considère comme un passe-temps, Andrea mentionne son amour de la cuisine. Elle s’autoproclame passionnée de cuisine et rêve secrètement de participer à MasterChef Canada.

 

« La nourriture, c’est de l’amour comestible. La table est tellement importante. C’est le lieu où les vraies discussions se déroulent. »

 

Il n’est pas étonnant que la « banque d’alimentation » fasse partie des œuvres de bienfaisance qui lui tiennent à cœur.

 

Ses enfants, Grant et Andie, sont les réalisations dont elle est la plus fière. Se faire demander si elle a une famille ne la dérange jamais. « Cela me donne une occasion de me vanter », affirme Andrea. Mariée à son béguin du secondaire, Andrea et son époux, Rick, passent leurs fins de semaine à voyager avec leurs enfants, qui font du patinage de vitesse. Ils réservent du temps pour aller camper et ont fait de la randonnée au mont Katahdin à quelques reprises.

 

Andrea et sa famille sont les fiers propriétaires de deux chats adoptés auprès de l’organisme CARMA : Jim, qui pèse 18 livres, et Whitey, qui est complètement noir et qui pèse cinq livres.

 

Andrea a voyagé partout au Canada, aux États-Unis et dans les Caraïbes. Elle espère voyager en Europe avec sa famille avant que ses enfants terminent l’école.

 

Interrogée à propos de son sens de l’humour, Andrea Anderson-Mason répond : « Je suis la personne la plus drôle que je connaisse. Mon époux, Rick, s’amuse toujours de me voir rire de mes propres blagues. »